La vie de la section (hiver 20-21)

Cliquez sur les images pour accéder à la galerie photos

Ammertenspitz- déplacée a l’Alpigemare, 23 janvier

Voir la fiche d'annonce de la course

Chef de course : Richard Mamie en cas de forte affluence , d''autres chefs de course seront sollicités, des groupes seront constitués

21 participants

Compte-rendu :
Beaucoup d’inscriptions à cette course «débutants ». Des vrais et des pseudos.
A priori pas de limitation de participation car cette course a un caractère formatif. Mais il a fallu quand même boucler les inscriptions et refuser quelques personnes une semaine avant.
L’ombre du COVID planant sur cette organisation, il a fallu faire preuve de d’imagination. Le concept : 4 groupes de 5 personnes et les déplacements dans des voitures peu remplies. Merci aux chefs de course « supplémentaires » et à Sabine pour avoir pris ce rôle dans ces circonstances
Emmener 21 clubistes en montagne dont de tous vrais débutants implique quelques mesures d’organisation. Par exemple aller reconnaître les lieux ce qui a été fait à deux le jeudi précédent. La première idée d’envoyer 2 groupes au Schibe et 2 groupes à l’Alpigemare a été abandonnée pendant la course de reconnaissance. Schibe zu gefährlich dans les circonstances. Je vous raconterai en privé, ça fait drôle. Aussi, le retour de 900m de dénivelée sur un seul ski,
De bonnes précipitations sont prévues la nuit précédant la course. L’option du Stäghutteghürn, genre devChasseral, est envisagée. Mais une fois sur place, l’équipe constate qu’il n’est tombé qu’une petite dizaine de cm de poudre. On recorrige de nouveau le plan : l’alpigemare pour tous. Les groupes a, b et c s’élancent et trouvent la descente tellement formidable qu’ils en remettent une couche. Le groupe D (les vrais débutants) atteint le col Grenchegalm et redescend dans une poudre magnifique. Petit bémol à l’heure de la pause. L’ombre ne se déplace pas le sens prévu sapristi.
Retour aux voitures pour tous, des bananes sur tous les visages. Encore un petit exercice de cache-cache DVA pour le groupe D.
Evidemment pas de mille-feuille, d’Apfel strudel ni de bière pour marquer la fin de la journée. Chacune et chacun reprend la route avec le souvenir d’une magnifique journée.
Richard


Freeride Les Marécottes 3 jour,
15-16-17 janvier 2021

Course de remplacement. Course initiale : Freeride Arolla

Voir la fiche d'annonce de la course

Chef de course : Gilles Berlincourt

10 participants

Compte-rendu :
- « Voici venu le temps du compte rendu du traditionnel week-end freeride a Arolla. Au programme : Strings à gogo, exercices de conversion à la Cassorte, face Nord du Mont rouge, jacuzzi à l’hôtel des glaciers et mythique soirée au Kurhaus... et bien sûr poudreuse comme d hab. .... »
- « Ah non. Attendez, on me parle dans l’oreillette. Comment ça c‘était le programme de l’année dernière ? » -« Ah bon... et cette année alors ? »
- « Comment ça y’avait pas de neige à Arolla ? » -« Mais si il y a de la neige au Pâquier y en a bien aussi à Arolla ?Non ? »
- « et puis c’est vrai que cette année, pas de soirées au Kurhaus possible « -« Bon alors qu’est-ce que vous avez fait cette année ? »

Est-ce qu’une année qui commence sans Arolla peut être une bonne année ? Eh bien oui grâce à Gilles et son organisation au top : plan de secours avec logement covid compatible (48 places pour 8) et ses commandes journalières de neige fraîche. Et grâce à une motivation sans faille des participants qui ont même bien voulu faire à manger.

Rendez-vous pour ce premier jour de Plan B sur un parking de Martigny. Au vu du temps (jour blanc, pluvieux) Ovronnaz est choisi pour une première mise en jambe. Ovronnaz est le pays où la neige tombe tracée. Arrivée donc un peu tardive pour les premières traces mais quelques bonnes cuvettes sont quand même trouvées pour profiter de cette neige fraîche. Quelques traces suivies un peu au hasard nous font descendre dans la forêt (mais là ça passait finalement encore bien... affaire à suivre). Une petite pause midi express. La soupe réchauffe l’intérieur autant que le vent et la neige gèlent le reste. Mais gentiment le vent vient effacer les traces de la matinée et l’après-midi nous offre de belle descente bien poudreuse.
Il est enfin temps de gagner notre destination du week-end : Les Marécottes. Installation et déballage dans notre chalet de 3 étages. Chacun est rassuré. Au vu des munitions mises au frais dans la cave, on peut rester la semaine. Marcel nous prépare ensuite de bonnes Carbonara et au lit de bonne heure (enfin presque) pour être en forme demain car la météo annonce soleil.

Samedi, changement de décor : il a encore bien neigé la nuit, mais au matin c’est tempête de ciel bleu ! … et à entendre les détonations qui résonnent dans la vallée, les artificiers sont déjà à pied d’œuvre pour sécuriser notre terrain de jeu. Mais neige fraîche et soleil n’ont pas attiré que nous et au départ des cabines c’est la foule… « Mais qu’est-ce-qu’on fait là ? ». Mais dès les premiers virages dans une poudre profonde et légère ces doutes sont bien vite dissipés. Et puis les temps d’attente au télésiège ne sont pas si longs… juste assez pour reposer un peu nos jambes entre deux descentes. Après quelques runs d’échauffement dans le secteur du Vélard, ouverture de la combe de l’Eau Neuve… Là, c’est la ruée vers l’or blanc ! Les runs se suivent et ne se ressemblent pas, pour notre plus grand bonheur ! Midi, les jambes commencent à fatiguer, c’est le moment d’une petite pause soupe au soleil de la terrasse de la Creusaz. Pour cet après-midi, Gilles nous propose une descente au village par la forêt, hors des sentiers battus… c’est le moins qu’on puisse dire ;-)… rock’n’roll et épique ! Après avoir embrassé quelques sapins nous rejoignons la piste de luge que certains suivront jusqu’en bas… trop bas… Heureusement on a toujours (ou presque ;-) une paire de peaux dans le sac !? Alors on peaute et on remonte ! Et on rejoint le reste de l’équipe qui nous attend avec soleil et vin chaud à la Creusaz. Dernier coup d’œil sur le grandiose panorama, dernière descente, un crochet par la supérette, et tout le monde se retrouve au chalet autour d’un puissant apéro suivi d’un copieux poulet-curry et couronné d’un délicieux gâteau poire-chocolat-local-bio-végane (là on a vraiment trop mangé, mais c’était trop bon ! Merci Magali !). Le programme pour demain ? Notre gourou nous propose de se lever à 7h pour faire un point météo/neige puis de nous réveiller – ou pas – en fonction. Mais vu les prévisions, ça paraît bien compromis autant pour la rando que pour le ski. Pas grave, franchement, on a déjà été hyper-gâtés avec deux journées grandioses et mémorables ! Merci Gilles !!! Bon, et puis comme ça sent la grasse mat’ pour demain, pas la peine d’aller se coucher trop tôt !? Alors on sort les cartes et on clôt la journée en beauté avec quelques parties de Ligretto enflammées et quelques savoureuses bières artisanales de notre freerider-brasseur Virgile. Que du bonheur !
Après avoir « dansé toute la nuit avec les loups », pas de réveil aux aurores. Comme la météo s’annonce grisonnante et grincheuse, le plan « marmotte » plane au-dessus de nos sacs de couchage. C’est Vivaldi qui essaye de nous tirer de là, sans grand succès. Il a fallu qu’il « Neige sur Yesterday » pour que les marmottes se transforment en chamois. Juste le temps de sauter dans nos fourrures et d’attraper presque la première cabine. Le temps est clair et la poudreuse, tellement poudreuse, légère, douce et profonde.
De chamois, tout le monde devient pingouin, glissant sur la banquise en piaffant, remontant le plus vite possible et « repeat ». Pas facile de rassembler toute la ménagerie dispersée dans ce paradis blanc pour aller faire le ménage au chalet.
Cette petite métaphore animalière, juste pour vous dire que nous avons skié comme des BÊTES !
Et moi…, je n’ai plus rien à ajouter, si ce n’est un grand MERCI à tous pour ce magnifique w-e partagé, et en particulier à Magali, Christine et Anne, les trois rédactrices de ce rapport !
Gilles


Fondue à Chasseral, 12 janvier

Compte-rendu :
L'aventure commence avec le montage des chaînes aux Pres-Guetins et finalement nous nous retrouvons les 6 à Nods avec un peu de retard! Désolé pour les autres intéressés mais j'ai préféré limité les participants vu la situation sanitaire.
Conditions neigeuses garanties, pélage pour rentrer dans la métairie et ambiance sympa et descente mythique !


Diemtigtal 3 jours, 27-28-29 décembre 2020

Voir la fiche d'annonce de la course

Chef de course : Gilles Berlincourt

10 participants

Compte-rendu :
J1- Chalberhori 2050m (ou juste à côté)
C’est avec les paupières à peine décollées et l’estomac encore rempli de dinde et de foie gras que notre joyeuse équipe met les voiles sur Grimmialp.
L’accueil-café au Kurhaus est chaleureux et œcuménique.
Nous chaussons les lattes devant l’hôtel et c’est parti pour une belle montée en direction…du haut. Nous choisissons d’entamer notre ascension par un long bout de route bien enneigé (c’est plus commode pour papoter) 😉. Puis, de forêt en pâturage escarpé nous arrivons finalement au sommet du Chalberhori . Hey do wä äsch das schön !
La descente, c’est comme d’hab dans les courses à Gilles, avec de la poudreuse jusqu’au menton, du soleil dans le cœur et tous les oiseaux du ciel qui chantent Yahou ! Nous déchaussons devant la porte de la douche, sauf pour les chanceux qui ont trouvé le jacuzzi.
Après un généreux apéro et un copieux souper, surprise … notre Ours sort sa guitare et tout y passe, de Johnny à Duteil en passant par Maxime Le Foxterrier.
Ça c’était vraiment une course à Gilles ! Bravo

J2- Rauflihorn (2323m)
Après une belle nuit à l’hôtel pour certains et la route pour les autres sous une belle couche de neige fraiche tombée en abondance sur le jura bernois, go pour les choses sérieuses.
Malgré la mise en jambe pour une partie du groupe dimanche, on peut dire que les 2 courses au menu étaient une bonne manière d’éliminer les excès des repas de Noel.
Également c’était la première réel activité en ski de rando proposée de la saison d’hiver par notre CAS, donc on vous laisse imaginer la faim des participants.

Ce seront 10 personnes en 2 groupes de 5 qui s’élanceront comme but d’atteindre le Rauflihorn, petit classique à 2323m de la région du Diemtigtal. Ce sera avec une météo compliquée que nos vaillants sportifs atteindront le sommet après 3h d’effort.
Pause méritée avant d’arriver au col, et attaquer le dernier bout exposé pleinement au vent et neige qui donnera un mérite supplémentaire à cette ascension. 1x en haut, il ne fallait pas tarder et c’est sans admirer le paysage que l’équipe pouvait dévaler la pente, eh oui, la visibilité était nulle. La première partie délicate tellement le manque de neige se faisait sentir aura été un beau défi pour les skis. Ensuite le col franchi, place au plaisir de la neige poudreuse même si la visibilité aurait pu être meilleure. Pique-nique midi lors de la descente avant de profiter de se reposer à l’hôtel et dire au revoir à Jean-Claude.

Après une belle soirée sur le thème du jeu ou fou rire, esprit de compétition et une mauvaise foi de certains animeront tout ça, nuit méritée pour tous pour reprendre des forces.

J3- Galmschibe (2425m)
Au menu du troisième jour, le Galmschibe qui culmine à 2425,3 m. (ça ne rigole pas dans la région, on est précis). Départ de Fildrich ou le paysan déblayait les places de parc qui nous faisait supposé que nous n’allions pas être les seuls ce jour (on se comprendra, et au final que 3 voitures)… Départ tranquille dans le fond de la vallée ou nous pouvions admirer l’objectif de la journée ainsi que ses voisins puisque la météo était plutôt clémente, que du positif. Belle couche de neige sur la moitié du parcours ou chacun ou presque se relayera pour faire la trace, dont mentions spéciales à nos 2 dames Anne et Christine. Montée tranquille tous ensemble avec quelques conversions sympathiques et le soleil qui pointera même le bout de son nez. Il faudra terminer les derniers mètres sans les skis pour atteindre le sommet où l’on pourra admirer les autres tranquillement et sans vent. Qq photos, des félicitations et il était temps de redescendre. Grace à une bien meilleure visibilité que la veille, on pourra bien distinguer et analyser les combes de neige car là aussi, le manque de neige se faisait bien sentir. Ceux qui avaient épargné les skis le jour d’avant auront bien corrigé cela ce jour. Soit belle descente tout de même dans de beaux couloirs tout en respectant les distances. Malgré le degré de pente, il fallait rester vigilant.
Arrivée à la voiture après 5h d’effort et de plaisir pour ce beau sommet.

Apéro et dernier partage tous ensemble à l’hôtel avant de se quitter. Merci Gilles pour ce beau programme sans accros.

Merci à tous pour votre très chouette compagnie durant ces trois jours de skis en montagne, tant attendus depuis la mi-mars pour la plupart d’entre-nous.

Et je remercie bien sûr aussi Anne et Yvan, les deux rédacteurs de ce rapport. C’est aussi bientôt une habitude lors de mes courses 😉
Gilles


Activités précédentes : La vie de la section - Eté 2020